J’entends souvent mes clients me témoigner leur intérêt pour la pratique méditative et la pleine conscience, mais aussi leur à priori souvent négatif vis-à-vis de leur capacité en la matière et du temps que cela requiert pour l’apprendre et atteindre des résultats.

Cela part bien souvent de croyances erronées quant à la nature et à la finalité de cette pratique : la méditation est avant tout une démarche de connexion consciente avec soi-même, une prise de contact bienveillante sur un mode observateur, hors de toute attente et non jugeante.

Le résultat de cette pratique régulière est souvent une élévation naturelle liée à l’acceptation de ce qui se passe dans l’instant présent, en soi et autour de soi,  plutôt qu’une projection dans le futur ou dans le passé.

Il en découle une réduction du stress par la compréhension de soi bien souvent, mais aussi de meilleures capacités d’empathie et d’adaptation face aux facteurs de stress, notamment dans la relation au temps mais aussi face au sentiment de frustration dans certains domaines de nos vies: activités/relations/métiers/santé/bien-être etc.

Pleine conscience et méditation au service de notre équilibre psychique et somatique

Humanité 2.0 - Boostez vos priorités pour la rentrée

Les résultats cliniques de cette pratique ont permis d’observer des améliorations remarquables en terme de santé mentale notamment, mais aussi bien sur, sur la santé globale et l’écologie relationnelle des personnes qui la pratiquent, c’est pour cette raison que la MBSR (Mindfulness based stress release) fait appel a la méditation pour aider les patients hospitalisés.

La méconnaissance de cette technique pousse beaucoup de gens à s’imaginer que cet état contemplatif se pratique seul assis en lotus, dans le silence total, sans aucune pensée et que cela prends beaucoup de temps ou demande beaucoup de rigueur.

C’est en réalité bien plus simple que cela et toute forme de méditation commence par un choix conscient associé à une intention,  totalement indépendant des circonstances dans lesquelles on la pratique.

Elle ne requiert aucune mise en scène particulière et la relation au temps n’est qu’une projection liée à des attentes qui en altèrent la nature, puisqu’il s’agit non pas d’atteindre un objectif précis, mais de laisser s’installer un état de tranquilité du corps et de l’esprit, accessible en quelque secondes.